Premières lignes #20

« Je décide le titre définitif et complet de mon blablabla est Allah n’est pas obligé d’être juste dans toutes ses choses ici-bas. Voilà. Je commence à conter mes salades.

Et d’abord…et un…M’appelle Birahima. Suis p’tit nègre. Pas parce que suis black et gosse. Non ! Mais suis p’tit nègre parce que je parle mal le français. C’é comme ça. Même si on est grand, même vieux, même arabe, chinois, blanc, russe, même américain ; si on parle mal le français, on dit on parle p’tit nègre quand même. Ca c’est la loi du français de tous les jours qui veut ça. » … Lire la suite Premières lignes #20

Premières lignes #19

« Je m’appelle Claudine, j’habite Montigny ; j’y suis née en 1884 ; probablement je n’y mourrai pas.

Mon Manuel de géographie départementale s’exprime ainsi : « Montigny-en-Fresnois, jolie petite ville de 1950 habitants, construite en amphithéâtre sur la Thaize ; on y admire une tour sarrasine bien conservée… » Moi, ça ne me dit rien du tout, ces descriptions-là ! » … Lire la suite Premières lignes #19

Premières lignes #18

« Il était une fois un vieil homme, tout seul dans son bateau, qui pêchait au milieu du Gulf-Stream. En quatre-vingt-quatre jours, il n’avait pas pris un poisson. Les quarante premiers jours, un jeune garçon l’accompagna ; mais au bout de ce temps les parents du jeune garçon déclarèrent que le vieux était décidément et sans remède salao, ce qui veut dire aussi guignard qu’on peut l’être. On embarqua donc le gamin sur un autre bateau, lequel, en une semaine, ramena trois poissons superbes. » … Lire la suite Premières lignes #18

Premières lignes #17

« La prison de Limehouse, vous l’imaginez, est un endroit horrible. Sauf que non, vous ne pouvez pas vous l’imaginer, pas vraiment. Contrairement à ce qui est écrit dans les journaux, il n’y a ni consoles de jeux ni télés à écran plat. Il n’y a pas non plus de franche camaraderie, pas de sororité – l’ambiance est plutôt fébrile, le niveau sonore excessivement élevé, et on a toujours l’impression qu’une bagarre est sur le point d’éclater. » … Lire la suite Premières lignes #17

Premières lignes #16

« Je ne suis pas un garçon de dix ans ordinaire, c’est certain. Oh bien sûr, je fais des choses ordinaires. Je mange des glaces. Je fais du vélo. Je joue au ballon. J’ai une Xbox. Tout ça fait de moi un enfant comme les autres. Sans doute. Et puis je me sens normal. Au-dedans. N’empêche, lorsqu’un enfant ordinaire entre dans un square, les autres enfants ordinaires ne s’enfuient pas en hurlant. Quand un enfant est normal, les gens ne le fixent pas partout où il va. » … Lire la suite Premières lignes #16

Premières lignes #14

« Debout sur le tarmac, je regarde l’avion à bord duquel je suis censée embarquer en faisant de mon mieux pour ne pas péter les plombs. Ce qui est plus facile à dire qu’à faire. Et pas seulement parce que je suis sur le point de laisser ma vie entière derrière moi, même si c’était ma préoccupation majeure il y a encore deux minutes. Non : dans l’immédiat, c’est la vue de ce tas de ferraille déguisé en avion qui me fait paniquer. » … Lire la suite Premières lignes #14

Premières lignes #13

« Je sentis sa peur avant d’entendre ses cris. Son cauchemar résonna dans ma tête et me tira de mon propre rêve, où il était question d’une plage et d’un garçon sexy qui m’étalait de la crème solaire sur le corps. Des images, les siennes et non les miennes, se bousculèrent dans mon esprit : du feu et du sang, une odeur de fumée, le métal broyé d’une voiture accidentée. La scène me submergea à m’en faire suffoquer jusqu’à ce que la part rationnelle de mon cerveau se souvienne que ce rêve n’était pas le mien. » … Lire la suite Premières lignes #13

Premières lignes #12

« J’effleure les contours du dessin de ma sœur, des poumons composés d’une multitude de fleurs. Les pétales rose pâle, blanc éclatant et bleu clair jaillissent des deux ovales et chacune des fleurs semble unique, dégageant une telle vitalité qu’elles ont l’air épanouies pour toujours. Certaines n’ont pas encore éclos, et je perçois dans les minuscules boutons sous mon doigt la promesse d’une vie à venir. Ce sont mes préférées. » … Lire la suite Premières lignes #12

Premières lignes #11

« Je suis enfermée depuis 264 jours.
Je n’ai rien d’autre qu’un petit carnet, un stylo cassé et les chiffres dans ma tête pour me tenir compagnie. 1 fenêtre. 4 murs. 13 mètres carrés. 26 lettres d’un alphabet, que je n’ai pas prononcées depuis 264 jours d’isolement.
6 336 heures écoulées depuis que j’ai touché un autre être humain. » … Lire la suite Premières lignes #11